Subscribe To Newsletter

Widgetkit

  • PPC-Imaginarium-Banners-1-2017
  • Banner final
  • banner

'Orune tempête souffle du paradis:' Une entrevue avec Sara Raza

on .

ART AFRICA s’est entretenu avec Sara Raza, Commissaire de Guggenheim UBS MAP pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord – qui nous a apporté un éclairage sur son travail en tant que commissaire d’exposition et les pratiques artistiques contemporaines du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et de la diaspora de la région. 

AA Newsletter 2016 SeptQuarter Raza1LEFT TO RIGHT: Hassan Khan, Bank Bannister (Banque Bannister), 2010. Brass, 209 x 206 x 22 cm, edition 1/3. Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Guggenheim UBS MAP Purchase Fund 2015.94 © Hassan Khan; Iman Issa, Heritage Studies no. 10, 2015. Copper, aluminum, and vinyl, 55 x 235 cm. Edition 1 of 3. Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Guggenheim UBS MAP Purchase Fund 2015.91 ©. Iman Issa. Installation view: Iman Issa: 'Heritage Studies,' Pérez Art Museum Miami, April 2–October 4, 2015. Photo: Studio LHOOQ. All images courtesy of the Solomon R. Guggenheim Museum, New York

ART AFRICA : L’initiative Guggenheim UBS MAP Global Art est un projet ambitieux qui entre dans sa troisième édition. Quel a été le point de départ quand vous avez entamé ce processus en tant que commissaire de l’exposition ‘But a Storm Is Blowing from Paradise: Contemporary Art of the Middle East and North Africa,’ (‘Orune tempête souffle du paradis : l’art contemporain du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord’) et quels en sont les thèmes principaux ? 

Sara Raza : Je m’intéresse à la capacité conceptuelle de la géométrie en tant qu’outil pour élucider les concepts tels que les origines et la vérité. La géométrie est une discipline des sciences de raisonnement mathématique et j’ai souhaité mettre à l’épreuve les idées que l’on se fait de la logique émanant des mathématiques, surtout lorsqu’il s’agit d’explorer une région qui est dans une grande mesure un concept britannique et européen. Fort de ce constat, j’ai exploré quatre thèmes principaux : les idéologies de l’architecture et la manière dont l’architecture a permis de construire (physiquement et idéologiquement) une nation ; le faufilageentre les histoires et la manière dont le passé influence le contemporain, donnant naissance à un espace où l’on oscille entre les deux temps ; l’idée physique et métaphorique des ‘empreintes migratoires’ – des personnes et des idées – et leur impact successif ; et finalement, la valeur conceptuelle du trafic ou de la contrebande en tant que moyen de retrouver du sens dans les histoires et idées inédites et non répertoriées. 

AA Newsletter 2016 SeptQuarter Raza2Nadia Kaabi-Linke, Flying Carpets, 2011. Stainless steel and rubber, 420 x 13 m x 340 cm. Edition 2/2 (First edition commissioned by the Abraaj Group Art Prize). Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Guggenheim UBS MAP Purchase Fund 2015.92 © Nadia Kaabi-Linke. Installation view: The Abraaj Group Art Prize, Madinat Jumeirah, Dubai, March 16–19, 2011. Photo: Thomas Brown.

Vous avez dit que « les œuvres d’art faisant partie de l’exposition recèlent également plusieurs propositions, que l’on peut qualifier de ‘contrebande conceptuelle’, ce qui va à l’encontre de l’image hautement politisée que les médias nous renvoient du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. » Pourquoi teniez-vous tant à souligner cet aspect ? 

Il était très important pour moi dans l’élaboration de cette exposition et cette collection de créer des voies alternatives pour représenter le réel. Les médias nous bombardent au quotidien d’une rhétorique visuelle très spécifique de la guerre et des conflits, à laquelle je tenais à tout prix à échapper dans cette exposition. Je voulais faire une lecture et une analyse plus poétique d’une région et des artistes qui ne sont pas attirés par, et qui ne se définissent pas tous par rapport à un discours purement politique. Le recours à la contrebande conceptuelle est devenu une stratégie poétique dans laquelle j’ai pu tisser des idées et des œuvres d’art ‘millefeuilles’ qui introduisaient littéralement en douce des idées issues d’une perspective non pédagogique. 

AA Newsletter 2016 SeptQuarter Raza4Kader Attia, Untitled (Ghardaïa), 2009. Couscous, two inkjet prints, and ve photocopy prints. Edition 2/3. Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Guggenheim UBS MAP Purchase Fund 2015.84 Installation View: 'But a Storm Is Blowing from Paradise: Contemporary Art of the Middle East and North Africa', Solomon R. Guggenheim Museum, New York, April 29–October 5, 2016. Photo: David Heald.

Les artistes dans les régions de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient se trouvent à l’épicentre d’une transformation massive (qui n’est pas toujours positive), et plusieurs œuvres dans l’exposition posent un défi d'ordre visuel et conceptuel. Les dialogues et programmes de soutien organisés autour de l’exposition, ont-ils contribué à favoriser un changement positif ? 

Cette exposition a d’abord été lancée à petite échelle à New York avant d’entamer la tournée régionale l’année suivante. Il était impératif d'envisager le niveau mondial dans un contexte local et de tisser des liens transnationaux entre les œuvres d’art et le site en soi. A titre d’exemple, Frank Lloyd Wright (l’architecte du musée Solomon R Guggenheim à New York) est entremêlé dans cette exposition à travers l’œuvre d’Ala Younis. Son installation, Plan for Greater Baghdad (plan pour le Grand Bagdad), explore l’héritage moderniste historique et l’engagement de Wright en Irak. Cela renvoie à l’architecture de l’édifice et la manière dont Wright a incorporé quelques dessins pour une université à Bagdad (qui n’a jamais vu le jour) dans la conception de la façade extérieure du musée Guggenheim.

AA Newsletter 2016 SeptQuarter Raza3Installation View: 'But a Storm Is Blowing from Paradise: Contemporary Art of the Middle East and North Africa', Solomon R. Guggenheim Museum, New York, April 29–October 5, 2016. Photo: David Heald. Images courtesy of the Solomon R. Guggenheim Museum, New York.

La traversée des frontières (à la fois physiquement et mentalement) paraît figurer parmi les thèmes sous-jacents de l’exposition. La migration sous toutes ses formes semble également devenir un thème récurrent chez des artistes en général. Quel en est votre avis ? 

Les mouvements des populations et des idées est un thème important dans la société contemporaine où la mobilité est de plus en plus un sujet de discussion. Plusieurs artistes de la région et ceux participant à l’exposition vivent et travaillent sur plusieurs villes et fuseaux horaires différents. Pour la plupart d’entre eux cela a été un choix délibéré leur permettant de poursuivre leurs aspirations artistiques pédagogiques ou pratiques en atelier. 

AA Newsletter 2016 SeptQuarter Raza6Rokni Haerizadeh, But a Storm Is Blowing from Paradise, 2014. Gesso, watercolor, and ink on inkjet prints, 18 parts from a 24-part work, 30 x 40 cm each. Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Guggenheim UBS MAP Purchase Fund 2015.89 © Rokni Haerizadeh. Photo: Ramin Haerizadeh.

Il est incontestable que des initiatives comme celle d’UBS MAP sont essentielles si l’on veux mettre en lumière l’art contemporain venant de ces régions, surtout dans un contexte où les valeurs traditionnelles des marchés européens et américains sont remises en question. Comment avez-vous procédé pour choisir les artistes « les plus innovants » à inclure dans l’exposition ? Aviez-vous déjà travaillé avec eux auparavant ? 

Cette exposition provient d’une collection et les artistes n’y sont pas forcément classés selon le critère de l’innovation. L’intérêt thématique était le principal critère de sélection, même si j’avais déjà travaillé avec certains d’entre eux tels qu’Ergin Cavusoglu, qui a beaucoup travaillé sur le thème de la mobilité et la transmission des idées, ce qui cadre parfaitement avec ma propre expérience en tant que commissaire d’expositions. Nous avons travaillé ensemble dans beaucoup de villes à travers le monde pour des festivals et expositions à Sharjah, Dubaï, Tashkent, Shanghai et Bakou. 

AA Newsletter 2016 SeptQuarter Raza5Joana Hadjithomas and Khalil Joreige, Latent Images, 2015. 354 copies of printed artist’s book, 177 metal shelves, and color video, with sound, 120 min. Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Guggenheim UBS MAP Purchase Fund 2015.88 Installation View: But a Storm Is Blowing from Paradise: Contemporary Art of the Middle East and North Africa, Solomon R. Guggenheim Museum, New York, April 29–October 5, 2016. Photo: David Heald.

Vous (le musée Guggenheim et UBS) affirmez qu’il s’agit d’une collaboration à long terme et d’un engagement mutuel en faveur des artistes les plus innovants poursuivant une plus grande visibilité de leurs œuvres à New York et à travers le monde. Quelle a été la réaction du public et envisagez-vous des projets futurs pour prolonger ce dialogue au-delà de cette exposition ? 

Toutes les œuvres ont été incluses dans la collection permanente du musée Guggenheim ici à New York sans prescription d'un délai limite. Elles sont donc destinées à être préservées pour les générations à venir. D’autres musées ont déjà manifesté leur intérêt à emprunter des œuvres en vue de les inclure dans leurs expositions futures, ce qui permettrait d’élargir le contexte et de prolonger le dialogue. Un site web MAP y est également dédié (dans un espace permanent sur le site web du musée Guggenheim) où l’on peut consulter des vidéos avec des artistes, des textes autorisés et des pages détaillées sur les artistes. 

L’exposition 'But a Storm Is Blowing From Paradise: Contemporary Art of the Middle East and North Africa' (Or une tempête souffle du paradis : l’art contemporain du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord’)peut être visitée au musée Solomon R. Guggenheim Museum à New York jusqu’au 5 octobre 2016, date après laquelle elle sera au musée Pera à Istanbul.

logo

Cape Town // 17 Shelley Road

DON'T MISS THE LATEST UPDATES!
CONNECT WITH US.